La montagne

Auteur(s): Kevin Bovier (deutsche Übersetzung: Clemens Schlip). Version: 14.07.2023.

  1. Généralités
  2. Le début de l’intérêt pour les Alpes
  3. Des légendes aux sciences naturelles: l’exemple du Pilate
  4. L’esthétique de la montagne et la curiosité pour la nature
  5. La cartographie et la chorographie
  6. La première étude d’ensemble sur les Alpes

 

1. Généralités

Dès le XVIe siècle, les montagnes suscitèrent un intérêt sans précédent auprès des élites lettrées. Leurs verticalités et leurs ressources, visibles ou cachées, semblèrent produire un certain magnétisme sur les hommes de science, les voyageurs et les poètes, qui se déplacèrent, parfois jusqu’en leur cœur, pour les parcourir, les explorer et les ressentir par eux-mêmes.

Comme l’ont montré de récentes recherches, l’enthousiasme pour la montagne ne commence pas au XVIIIe siècle, où il devient une véritable mode, mais résulte d’un processus culturel qui a duré plusieurs siècles. Dans l’Antiquité, la montagne était considérée comme un lieu terrifiant: on peut le voir dans les passages de Tite-Live (21,29,7-21,38,9; 21,58,3) et Silius Italicus (3,466-556; 3,630-646) où le général carthaginois Hannibal traverse les Alpes. Par la suite, cette attitude a peu changé: on ne voyait guère de beauté dans la montagne et on ne se plaisait pas à y passer du temps; d’ailleurs nul ne s’y rendait sans y être contraint. Bien que l’ascension du mont Ventoux par Pétrarque (1304-1374) ait longtemps été considérée comme l’acte de naissance de l’alpinisme, son attitude envers la montagne, loin d’être complètement positive, est encore caractéristique du Moyen Âge.

Cependant, dans la Suisse du XVIe siècle, parallèlement à la méfiance traditionnelle envers la montagne, se fait jour une vision plus positive, qui prend peut-être ses racines dans la Bible: le rôle des monts comme le Sinaï y est crucial, de sorte que par extension toutes les montagnes peuvent paraître bénéficier de la faveur divine. Tant chez les catholiques que chez les protestants, la vue des montagnes permet aux auteurs d’évoquer celui qui les a créées. En effet, à partir des années 1530, mais surtout dans les années 1540-1550 et jusque dans les années 1570, de nombreux humanistes suisses chantent les beautés de la montagne et de sa flore. À côté des considérations esthétiques et théologiques sur la présence de Dieu dans la nature, on trouve aussi chez ces humanistes une mise en valeur territoriale et politique de la montagne; les succès militaires des Suisses, peuple montagnard vertueux et amoureux de la liberté, sont expliqués par leur esprit guerrier nourri par la dureté du paysage qui les entoure.

Il faut toutefois nuancer ce tableau en précisant que l’expérience de la montagne reste globalement peu agréable, notamment pour les voyageurs qui doivent traverser les Alpes. En effet, que l’on se déplace pour un pèlerinage, des études, une mission diplomatique ou encore une campagne militaire, la montagne est souvent vue comme un obstacle. Les voyageurs cultivés illustrent parfois leur expérience désagréable en se référant aux passages des auteurs antiques mentionnés auparavant. Par contraste, les excursions plus courtes et locales, entreprises volontairement, gagnent en popularité. De ce fait, ce sont surtout les montagnes proches des villes qui attiraient les promeneurs, par exemple le Stockhorn et le Niesen pour Berne, le Pilate pour Lucerne et l’Uetliberg pour Zurich. Ceux qui se rendaient en montagne étaient souvent des groupes de gens éduqués, entraînés et équipés, qui randonnaient avec un état d’esprit enthousiaste, voire festif.

 

2. Le début de l’intérêt pour les Alpes

Si Albert de Bonstetten (vers 1442/1443-1504) est le premier à donner un rôle important aux Alpes dans sa description de la Suisse (1479), c’est bien l’œuvre de Heinrich Glareanus qui marqua le début de l’intérêt pour ce massif chez les humanistes suisses. Même s’il n’a pas écrit spécifiquement sur la montagne, Glaréan en parle à plusieurs reprises dans ses œuvres. En particulier, il est le premier, dans son Helvetiae Descriptio, à identifier les Alpes comme le territoire de la Confédération et à définir les Suisses comme un peuple alpin vertueux: il affirme que les Alpes, paradis terrestre et réserve d’eau, sont vitales pour l’Europe, et que l’amour de la liberté et l’esprit guerrier des Suisses leur viennent du voisinage des montagnes. En outre, Glaréan parle avec enthousiasme de la montagne dans le poème décrivant le voyage qu’il a entrepris dans sa patrie en 1511: arrivé à Glaris, il ne peut s’empêcher d’escalader la montagne, tel un berger (comme un Tityre, écrit-il), admirant le paysage et les sources (plus abondante que celle de l’Hélicon), et buvant du lait. Enfin dans le poème épique sur la bataille de Näfels à la gloire des rudes Confédérés montagnards, il se plaît, dans les premiers vers, à décrire le sublime paysage des Alpes glaronnaises qui sera le théâtre du conflit et qui rivalise avec le Pinde, le Caucase et l’Olympe! L’idée de pays alpin qui germe chez Glaréan deviendra un élément essentiel de la formation de l’identité suisse jusqu’à aujourd’hui.

 

3. Des légendes aux sciences naturelles: l’exemple du Pilate

L’identification des Alpes avec la Suisse n’allait pourtant pas de soi en raison de la mauvaise réputation du milieu montagneux dont on a parlé plus haut. Au Moyen Âge, certains lieux étaient même réputés abriter des démons. C’était par exemple le cas, dès le XIVe siècle, du mont Pilate, et plus précisément de son lac, où était censée reposer la dépouille du gouverneur romain Ponce Pilate. Son âme hantait donc les lieux, et quiconque en perturbait la tranquillité risquait de déclencher une tempête qui s’abattrait sur la vallée de Lucerne en contrebas. Cela n’empêcha pas le moine de Zurich Niklaus Bruder (†1417) et cinq autres ecclésiastiques de braver l’interdit religieux en faisant l’ascension du Pilate, en 1387 déjà. Le chanoine Felix Hemmerli fit de même en 1422. Bien plus tard, en 1518, un groupe d’humanistes suisses emmené par le Saint-Gallois Joachim Vadian se rendit également sur le Pilate. Vadian raconte cette excursion dans son commentaire à Pomponius Mela. Dans son récit, Vadian ne remet pas en cause le caractère divin du lieu, mais manifeste en revanche un certain scepticisme à l’égard des superstitions qui y sont attachées. La description des lieux proprement dite prend peu de place dans son récit, mais semble répondre aux principes édictés par l’auteur dans sa préface intitulée Rudimentaria in Gaeographiam catechesis. Vadian y distingue les termes de gaeographia, cosmographia, topographia, topothesia et chorographia, qu’il juge trop souvent confondus par les auteurs. À la géographie qui implique une vue d’ensemble, il oppose la chorographie qu’il définit comme «la description individuelle de lieux qui ont été vus en détail, comme s’ils étaient distincts de tout le reste, à la manière d’une peinture». Or cet attachement à un élément du paysage en particulier correspond à sa manière de décrire le mont Pilate.

Quelque trente ans plus tard, Conrad Gessner participe à son tour à une excursion sur le Pilate et fait réimprimer le passage de Vadian à la suite de sa Descriptio Montis Fracti. Pour sa part, il ne prête guère foi aux légendes qui entourent le lieu, les qualifiant de «superstitions et de fausses croyances» (superstitiones ac falsas persuasiones). Gessner suit la voie «chorographique» empruntée par Vadian mais accorde davantage d’importance à l’esthétique de l’endroit et à son intérêt scientifique. Cela s’explique peut-être par le fait que leurs écrits sont de natures différentes: Vadian rédige un commentaire sur un auteur antique, de sorte que le passage sur le Pilate est une digression à partir du texte ancien; Gessner, quant à lui, compose un véritable traité sur la montagne (Descriptiochorographica), ce qui explique peut-être pourquoi il s’arrête davantage sur les aspects scientifiques. Tous deux s’intéressent aux sciences naturelles, mais les trente ans qui séparent leurs textes ont vu un accroissement des connaissances sur le milieu alpin avec la publication de plusieurs œuvres importantes, dont celles de Gessner lui-même. Après Vadian et Gessner, d’autres curieux graviront le Pilate, comme Felix Platter en 1580 et Johannes Müller en 1585.

 

4. L’esthétique de la montagne et la curiosité pour la nature

Chronologiquement placé entre le commentaire de Vadian et la Descriptio de Gessner, figure le Stockhornias de Johannes Rhellicanus (Jean Müller, de Rellikon, dans le canton de Zurich), publié pour la première fois en 1537; il fut également repris par Gessner dans son ouvrage de 1555. Il s’agit cette fois d’un poème de 130 hexamètres dactyliques relatant l’ascension du Stockhorn, un sommet des Alpes bernoises que Rhellicanus a gravi en 1536 dans le but d’herboriser. L’une des caractéristiques les plus frappantes du poème est la description de la vue depuis le sommet, présentée à la manière d’une peinture. Cette attention portée à l’esthétique du paysage deviendra une particularité de l’attitude humaniste envers la montagne. Elle est par exemple aussi présente dans l’épître dédicatoire du traité de Gessner sur le lait et les produits laitiers (Libellus de lacte), paru en 1541. Gessner y fait part à Jakob Vogel de son admiration pour les beautés de la montagne – on appelle du reste communément ce texte «Lettre sur l’admiration pour la montagne» (Epistola de admiratione montium); il y affirme notamment qu’on reconnaît le grand architecte, Dieu, à travers sa création, prenant ainsi le contrepied de la vision antique de la montagne considérée comme un locus inamoenus. De manière similaire, un peu plus tard, Thomas Schöpf voit un signe divin dans le fait que les hommes puissent habiter dans des lieux aussi inhospitaliers que des crêtes montagneuses. Pour en revenir à Gessner, Barton souligne que le naturaliste zurichois voit la montagne comme un objet esthétique à part entière; chez lui, il n’est pas seulement question d’observer depuis la montagne, mais aussi d’observer la montagne elle-même et ce qui s’y trouve. Dans son traité sur le Pilate, Gessner explique que les cinq sens de l’homme y sont comblés et illustre cela par des exemples. Ce passage traduit une nouvelle réaction émotionnelle envers la montagne, qui se développe à cette époque: les excursions sont alors vécues comme une expérience intégrale.

Ce lieu divin recèle du reste des curiosités botaniques et zoologiques qui attirent les humanistes comme Gessner. Les travaux philologiques consacrés aux ouvrages scientifiques des anciens (par exemple à l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien) ont en effet montré que de nombreuses plantes leur étaient inconnues. Les botanistes organisent alors des excursions en montagne, où la flore était particulièrement riche et diversifiée, pour herboriser. L’étude de la faune alpine n’est pas en reste, comme on le voit avec les travaux zoologiques de Gessner et de Johannes Fabricius Montanus. L’expérience du terrain vient ainsi enrichir considérablement la connaissance acquise grâce aux livres. L’association entre les Alpes et la botanique est importante pour expliquer le changement d’attitude envers la montagne à cette époque. Les naturalistes qui se rendent sur place développent en effet leur sensibilité esthétique envers ce milieu.

Ce sont aussi des motivations botaniques qui poussent Fabricius Montanus à réaliser l’ascension du Calanda, dans les Grisons, en 1559. À la suite de cette excursion, il écrit à Conrad Gessner une lettre énumérant les plantes qui poussent sur cette montagne. Cette missive fut publiée en 1561 à la suite de la description du Stockhorn et du Niesen par Aretius dont il a été question plus haut. Peu après, dans son De providentia (1563), Montanus fait l’éloge de la randonnée en montagne et de la beauté du paysage. Les extraits d’un Hexameron compris dans ce traité témoignent aussi de l’admiration du poète pour la faune et la flore alpestres. Ses excursions lui offraient l’occasion de recueillir fleurs et semences pour Gessner, avec lequel il eut une importante correspondance botanique. Enfin, Montanus inclut dans ses Poemata (1556) un poème d’un de ses élèves, Théodore Collinus/Ambühl, décrivant une excursion scolaire menée par Montanus lui-même sur l’Uetliberg, l’éminence qui domine la ville de Zurich: le jeune Théodore, âgé de 16 ans, y fait part de son admiration pour les beautés de la nature.

 

5. La cartographie et la chorographie

Au fur et à mesure des explorations en montagne, la curiosité scientifique, déjà mentionnée ci-dessus au sujet des plantes et des animaux, se développe et fait évoluer certaines disciplines comme la géographie et la cartographie. Les montagnes servent dans ce cas de points de repère sur la carte ou de lieux de surveillance du territoire. Les anciens considéraient déjà la montagne comme une barrière ou une frontière naturelle, mais dans la perspective d’une distinction entre lieux civilisés et nature sauvage. Au XVIe siècle se développe l’intérêt pour ces régions, moins bien connues que le reste du territoire, mais dont la haute altitude permet d’embrasser du regard une grande partie des terres environnantes.

Le lien entre l’observation et la description d’une région est illustré chez Benedikt Marti, dit Aretius (1522-1574). En 1561, celui-ci publie la description en prose d’une excursion botanique sur le Stockhorn et le Niesen. Il effectua l’ascension de ces montagnes en 1558, parla à Gessner des plantes qu’il y avait vues et fit publier son texte à Zurich. Aretius, qui manifeste son exaltation pour la montagne, la décrit aussi avec une grande précision scientifique et une volonté de mettre en valeur le territoire de l’Oberland bernois. L’observation d’un paysage est en effet aussi importante pour en saisir tous les détails que pour en apprécier le charme; un point de vue que partageait Gessner.

Comme le souligne Korenjak, la Confédération était probablement le pays de cette taille le mieux cartographié de l’époque, en particulier le canton de Berne. Un groupe réuni autour de Thomas Schöpf (1520-1577) réalise par exemple, au milieu des années 1570, une carte de la région de Berne et l’accompagne d’une description géographique. Sur cette carte figure pour la première fois les plus hauts sommets de l’Oberland (Eiger, Schreckhorn, Jungfrau). Berne est alors en pleine expansion et ce type de travail érudit participe pleinement à la vision politique des élites bernoises, auxquelles l’œuvre de Schöpf s’adressait tout particulièrement.

L’inspirateur de ces travaux fut peut-être Aegidius Tschudi, qui avait inséré une carte de la Suisse dans son Alpisch Rhetia parue à Bâle en 1538; Glaréan en fait mention dans une lettre à Tschudi que nous publions. Pour les Grisons, il faut encore citer l’œuvre de Durich Chiampell, la Raetiae alpestris topographica descriptio (1573), qui est cependant restée inédite jusqu’au XIXe siècle.

 

6. La première étude d’ensemble sur les Alpes

Mentionnons pour finir, tout à la fin de la période que nous considérons, le Zurichois Josias Simler, qui publie en 1574 une description géographique et culturelle du Valais, accompagnée d’une étude sur les Alpes. Ce second texte, fondamental pour l’histoire de la région alpine, aborde tous les aspects propres à un tel territoire, qu’ils soient géographiques, ethnographiques, économiques ou botaniques. Comme son compatriote Gessner, Simler applique une méthode mêlant références aux sources antiques et témoignages contemporains; son expérience personnelle de la montagne était en revanche plus limitée que celle de Gessner, car il souffrait de la goutte et ne pouvait donc pas se rendre sur place. Malgré cela, ses réflexions sur le milieu alpin sont lucides: il affirme par exemple que les personnes peu accoutumées à la montagne ont tendance à en sous-estimer la hauteur et la déclivité. Il relève également, dans sa préface, à quel point l’apparence du relief alpin frappe les étrangers, alors que les locaux n’y prennent plus garde. Enfin, il met en valeur la connaissance des lieux acquise par les montagnards, qui leur permet d’avertir les voyageurs des dangers de la montagne.

Dans ce même ouvrage, à la suite des œuvres de Simler, figure le traité du médecin haut-valaisan Kaspar Ambühl, dit Collinus (1520-1560/1). Dans ce texte daté de la fin des années 1550, Collinus aborde un aspect alpin jusque-là peu traité par les humanistes suisses: les eaux thermales. En mêlant merveilleux, histoire et observation scientifique, il décrit non seulement la nature sauvage de ces lieux et les légendes qui les entourent, mais aussi les vertus curatives, réelles ou supposées, des bains thermaux. Bien que son traité soit de taille modeste par rapport aux contributions de Gessner ou de Simler, sa manière d’aborder le sujet implique des connaissances dans plusieurs domaines; or cette polymathia («vaste savoir») semble bien être une caractéristique essentielle de l’approche humaniste de la montagne dans la Suisse du XVIe siècle.

 

Bibliographie

Barton, W. M., Mountain Aesthetics in Early Modern Latin Literature, Londres, Routledge, 2017.

Bergier, J.-F., et al., «Alpes», Dictionnaire historique de la Suisse, version online du 17.07.2013, https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/008569/2013-07-17/, en particulier le chap. 5, «Idéologie», par F. Walter.

Boscani Leoni, S., «Conrad Gessner and a Newly Discovered Enthusiasm for Mountains in the Renaissance», dans Conrad Gessner (1516-1565): die Renaissance der Wissenschaften/the Renaissance of Learning, éd. U. Leu et P. Opitz, Berlin, Boston, de Gruyter, 2019, p. 119-128, en particulier p. 121-124.

Boscani Leoni, S., «La montagna pericolosa, pittoresca, arretrata: la percezione della natura alpina nelle autobiografie di autori autoctoni dall’Età moderna all’Età contemporanea», Schweizerische Zeitschrift für Geschichte 54 (2004), p. 359-383.

Bratschi, M. A. (éd.), Niesen und Stockhorn. Berg-Besteigungen im 16. Jahrhundert: zwei Lateintexte von Berner Humanisten, Thoune, Ott, 1992.

Coolidge, W. A. B., Josias Simler et les origines de l’alpinisme jusqu’en 1600, Grenoble, Allier, 1904.

Gal, S., Histoires verticales. Les usages politiques et culturels de la montagne (XIVe-XVIIIe siècles), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

Gorris Camos, R. (éd.), Les montagnes de l'esprit: imaginaire et histoire de la montagne à la Renaissance. Actes du colloque international Saint-Vincent (vallée d'Aoste), les 22-23 novembre 2002, Quart, Musumeci éditeur, 2005.

Korenjak, M., «Pulcherrimus foecundissimusque Naturae hortus. Berichte über botanisch motivierte Bergbesteigungen im 16. Jahrhundert», Neulateinisches Jahrbuch, 15 (2013), p. 197-218.

Korenjak, M., «Why Mountains Matter: Early Modern Roots of a Modern Notion», Renaissance Quarterly, 70 (2017), p. 179-219.

Lévy, B., «Des humanistes européens au cœur de la montagne. Perception et représentation précoces de la montagne à la Renaissance», Le Globe, 141 (2001), p. 89-100.

Maissen, Th., «Die Bedeutung der Alpen für die Schweizergeschichte von Albrecht von Bonstetten (ca. 1442/43-1504/05) bis Johann Jakob Scheuchzer (1672-1733)», dans Wissenschaft - Berge - Ideologien. Johann Jakob Scheuchzer (1672-1733) und die frühneuzeitliche Naturforschung / Scienza - Montagne - Ideologie. Johann Jakob Scheuchzer (1672-1733) e la ricerca naturalistica in epoca moderna, éd. S. Boscani Leoni, Bâle, Schwabe Verlag, 2010, p. 161-178.

Reichler, C., Ruffieux, R. (éd.), Le voyage en Suisse. Anthologie des voyageurs français et européens de la Renaissance au XXe siècle, Paris, Laffont, 1998, en particulier p. 74-94.

Wiegand, H., «Die Alpen in der lateinischen Dichtung des 16. Jahrhunderts. Mit einem Ausblick», dans Gipfel der Zeit. Berge in Texten aus fünf Jahrtausenden, éd. W. Kofler, M. Korenjak, F. Schaffenrath, Fribourg-en-Brisgau, Rombach Verlag, 2010, p. 117-139.